« … La Cour de cassation tente de soulever un débat sur l’indépendance de la justice… Jean-Jacques Urvoas, garde des sceaux, souligne que la justice ne saurait être « un pouvoir égal aux pouvoirs exécutifs et législatifs ». Le président du Sénat, Gérard Larcher, inquiet d’un affranchissement de l’autorité judiciaire, affirme qu’elle « est un service public »… Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, a ainsi mis en garde contre « un retour d’une guerre des juges »… Le vice-président du Conseil d’Etat… afirme… « nous avons les uns et les autres des progrès à accomplir dans ce domaine [des libertés publiques] »… » Source : Le Monde28/5/16 p10. La France est un parfait Etat Totalitaire faux-cul et 75% des Français ne font plus confiance aux politiques, aux médias et à la « Justice » :

« La répression pour tous ? » de François BILLOT de LOCHNER, sur le totalitarisme stalinien (et nazi page 98) aujourd’hui en France. « La répression pour tous ? », pages : 72 (métro syndrome PAPON : une maman de 37 ans), 75 (métro syndrome PAPON, avec insultes pétasse et salope), 77, 81 (brutalisation d’une jeune femme à terre+jeune fille handicapée violemment frappée : films pris accablants), 149 (« Nous voyons une manifestante à genou devant les CRS. Un civil (toujours avec son brassard) vient vers elle et lui donne un gigantesque coup sur la tête, accompagné d’un : « Arrête de sourire. » [Monsieur HOLLANDE votre République exemplaire, c’est « un gigantesque coup sur la tête » pour délit de sourire ???], 150, violence sur une jeune fille de 20 ans : « Un groupe de policiers en civil nous a donné l’ordre de nous agenouiller, mains en l’air [là, ça me fait penser à la fameuse photo du ghetto avec les enfants mains en l’air], tout en matraquant ceux qui n’allaient pas assez vite… j’ai souri en les voyant s’exciter tous seuls. L’un d’eux m’a alors attrapée par la capuche, me projetant la tête contre le sol tout en me criant : « ça te fait rire, ça te fait rire ? » Puis j’ai senti ma tête vibrer. il m’avait donné un gros coup (de genou je pense) en plein crâne. J’ai entendu tout le monde qui se mettait à crier… »), 103 et 153 (femme enceinte dans un transport bondé et avec chaleur étouffante : ça ne vous rappelle rien ?), 145 « des femmes enceintes, un aveugle [au fait, la vieille dame ratissée large alors qu’elle allait au Monoprix a-t-elle été fichée, monsieur HOLLANDE, vous qui avez commémoré la manif du FLN et de PAPON ?], un vieillard, des enfants. Monsieur HOLLANDE, les hommes qui rouent de coups des femmes et qui, après qu’un cordon des CRS les ait, de façon étonnante, laissé passer (la menace d’incidents de MAUROY en 1984 à VALLS en 2013 m’avait fait me poser la question : les incidents vont-ils être organisés façon incendie du Reichtag ou chemin de fer de Moukden ? Je n’osais penser que la réalité serait de type Totalitaire en France métropolitaine, dans ma patrie, dans mon pays, mais, après le Rwanda et les massacres d’ALEGRE à Outreau, comment ne pas craindre le pire pour ne pas tomber dans le vécu des juifs de Vilnius et de Budapest, surtout après les annonces de massacres de GOUTEUX et du sataniste norvégien de la Corrèze ? ), font apparaître des T-shirt à croix gammées (« La répression pour tous ? » page 98), est-ce la naissance officielle d’un corps franc, de corps francs, de type République de Weimar ? sous l’égide d’un état totalitaire et qui seront protégés par la « Justice » comme sous la République de Weimar ? Ces hommes sont-ils formés dans des donjons sadomasos pour frapper ainsi des femmes ? Sont-ils recrutés chez les satanistes : comment ne pas se poser la question après avoir vu sur France 2 un commando du COS exhibant un blouson HELL FEST dans les premiers jours d’opération au Mali et après l’annonce de l’opération LUCIFER ABC par la DGSE début 1994 ? Nuit de Cristal et étoile jaune (le délit de T-shirt) pour la France qui porte la France selon TODD et LEBRAS dans leur dernier ouvrage « Le Mystère français ». Si oui, nous sommes en plein totalitarisme poutinien. La corruption, chez nous, est déjà massive depuis 30 ans.

Voir l'image sur Twitter

Permalien de l'image intégrée

Les témoignages de ZELLER, Grand Maître du Grand Orient, « TOUS LES SERVICES OFFICIELS ETAIENT SYSTEMATIQUEMENT NOYAUTES » et d’un officier de police « TOUT COMMISSAIRE NOUVELLEMENT PROMU EST CONTACTE PAR LES FRANCS-MACONS DANS LE MOIS QUI SUIT, CAR SA FONCTION EST DE CELLES QUI PEUVENT SERVIR UN JOUR. » (« Les frères invisibles » p 333 et 334) signent le VIOL DE L’ARTICLE 3 DE LA CONSTITUTION DE LA FRANCE ET LE DECODAGE SYSTEMIQUE DE TYPE COCHIN. TéléObs 9-15/5/09 page 60 : « … Cette « osmose incontestable entre la maçonnerie et les hautes autorités de l’Etat », Alain GRAESEL, grand maître de la Grande Loge de France, la revendique fièrement… » C dans l’air 4/12/09 , Alain BAUER, ex-Grand Maître du Grand Orient et conseiller de SARKOZY : « dans le pouvoir local la maçonnerie est beaucoup plus présente qu’on imagine. » La mise sous contrôle des ministères de l’Intérieur et de la Défense en France aujourd’hui est documentée officiellement par le Figaro Magazine du 7/12/12 page 42. Sophie COIGNARD, dans Le Point, du 18/1/07 page 39 : « … La police est un nid de francs-maçons, notamment chez les commissaires… » Elle confirme dans le documentaire de LCP que 1/4 des commissaires et la 1/2 des contrôleurs du ministère de l’Intérieur sont francs-maçons, ce qui n’est pas statistiquement représentatif de la population française. « Un Etat dans l’Etat » de Sophie COIGNARD page 123 « 24 juin 2003, Nicolas Sarkozy… : « La franc-maçonnerie est ici chez elle au ministère de l’Intérieur… (1) » « Place Beauvau » d’Olivia Recasens, Jean-Michel Decugis et Christophe Labbé : « … Clotilde Valter, inspectrice générale de l’administration, spécialiste des questions de police au PS et ancienne conseillère du premier ministre, Lionel Jospin, pour la sécurité : « Le poids de la franc-maçonnerie est écrasant, je n’ai jamais vu ça, nulle part ailleurs. Jamais à un tel niveau » (p. 163). Une opinion partagée par un ancien de l’équipe de Daniel Vaillant : « La franc-maçonnerie est partout au ministère de l’intérieur à tous les étages et dans tous les bureaux. On le sent dans les coups de fil au cabinet du ministre pour les nominations. » L’EXPRESS du 27/6/12 p49 sur le ministère de l’Intérieur : “une génération de quadragénaires désespérés par le plafond de verre que constitue le poids des syndicats et de la franc-maçonnerie dans la maison”. Il y a même évolution vers le droit divin : « … Place Beauvau… Le poste lui paraît d’autant plus réservé qu’il dispose de solides réseaux francs-maçons… » (Valeurs actuelles 6/11/14 page 19) « … Cazeneuve… ne cache pas son appartenance à la franc-maçonnerie… ». (Le Point 10/11/11 page 59 en haut au milieu) « … il existe deux fraternelles distinctes, l’une pour la base (4000 membres), l’autre pour les très hauts gradés (150 membres). La seconde a une réputation de faiseurs de rois… » (« Les frères invisibles » page 334 Pocket). Tout cela définit un « Etat Totalement Totalitaire » violeur des articles 2 et 3 de la Constitution et 6 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme son préambule. OTTENHEIMER et LECADRE concluent « Les frères invisibles » par « … la France peut-elle s’épargner la séparation de la maçonnerie et de l’Etat ? » Le livre « Un Etat dans l’Etat » de Sophie COIGNARD est hallucinant sur le totalitarisme poutinien en France (le KGB étant remplacé par le club humaniste) : pages 51 « … meurtre d’Agnès Le Roux… un commissaire franc-maçon avait prévenu le principal suspect, Maurice Agnelet, des perquisitions qui allaient avoir lieu… », 72 « … L’Inspection générale des services judiciaires (IGSI) est, place Vendôme, l’un des hauts lieux où l’esprit fraternel souffle avec le plus de vigueur. Presque tous les patrons qui se sont succédé à la tête de ce service hautement stratégique sont des initiés… », 91, 102 « En avril 2007, Patrice Demoly, commissaire principal… publie dans la revue du Syndicat des commissaires une tribune libre intitulée : « Police et franc-maçonnerie : la nécessaire transparence »… Les missions régaliennes de l’Etat exigent une neutralité totale, éloignée de tout soupçon »… sa contribution… a attendu près de deux ans avant d’être publiée… », 112 « … Ce qu’on sait en revanche, grâce à une écoute téléphonique, c’est ce que disait Bernard Orengo, ancien commissaire central de Nice reconverti dans la politique comme adjoint aux sports : « Il faut faire attention au téléphone, il y a un vrai fou au tribunal de Nice ! » Un « fou » nommé… Eric de Montgolfier… », 113 « … les magistrats profanes ont appris à décrypter certains signaux indiquant une agitation maçonnique. L’attention inexplicable portée à un détenu, les visites inopinées de certains collègues curieux sur une procédure, mais aussi les menaces à peine voilées… », 116 « … les frères ont de solides positions aussi bien à la Chancellerie que dans les tribunaux… », 117 « … Jean de Maillard … « Le procureur général était franc-maçon, il entravait nos instructions de manière presque ouverte… », 119 « … Lamanda est nommé premier président de la Cour de cassation, le plus haut poste de la magistrature française. Une petite révolution dans l’Etat maçonnique miniature que représente cette juridiction suprême, où siégèrent quelquefois un premier président – pour le siège – et un procureur général -pour le parquet- appartenant tous les deux à la confrérie… » , 121, 123 « 24 juin 2003, Nicolas Sarkozy…: « La franc-maçonnerie est ici chez elle au ministère de l’Intérieur… »… », 124 « … bantoustans maçonniques… », 125 « … le service des Courses et Jeux est également très sensible aux vibrations fraternelles… », 126 « … un membre du cabinet [de la ministre de l’Intérieur], pourtant chevronné, confie même à Fabien Chalandon qu’il n’aurait jamais cru que les réseaux francs-maçons soient aussi puissants… », 140, 141, 149 « … c’est de loin la GLNF qui fait le plus recette dans le monde du renseignement… », 172, 176, 177, 205, 258 « … la justice, à l’époque [1993], à Auxerre… n’était peut-être pas exempte d’interférences fraternelles qui l’ont incitée à se hâter lentement… » 271 « … loi Anselmi : adoptée à la suite du scandale de la loge P2, elle réprime la constitution d’associations secrètes… »… « La vendetta française » Coignard p 96 : « … COUR D’APPEL D’AIX-EN-PROVENCE. CETTE COUR, CONNUE POUR ABRITER DES FRANCS-MACONS DE HAUT RANG, DONT ON NE PEUT ECRIRE LES NOMS SOUS PEINE D’INTERMINABLES ET COUTEUX PROCES… La piste des représailles fraternelles [contre de Montgolfier] est d’autant plus crédible que L’INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES ELLE-MEME COMPTE JUSQU’AU PLUS HAUT NIVEAU DE NOMBREUX FRANCS-MACONS DANS SES RANGS… » L’Express 19/4/01 p82 mentionne une influence « énorme » des maçons dans les tribunaux de commerce de PACA, celui du 27/1/00 parle de 30% pour Marseille. « Les frères invisibles » font mention p 256-258 des tribunaux de commerce de Paris et Bobigny et précise en p 255 que les tribunaux de commerce sont cooptés à la soviétique (avec suffrage indirect Figaro 22/11/02 p9). « Noir Chirac » complète p 84 : « Derrière le CDR et ses 17 milliards d’euros de pertes, il y a le Tribunal de Commerce de Paris, un vaisseau GLNF qui flotte encore et toujours sur un océan d’iniquités. » Lyonmag.com de 6/2003 mentionne comme franc-maçon « l’administrateur judiciaire qui joue un rôle clef dans la vie économique lyonnaise puisqu’il gère les entreprises en difficulté que lui confie le tribunal de commerce. D’ailleurs les francs-maçons sont nombreux dans cette juridiction… La maçonnerie est également assez présente au conseil des Prud’hommes… » Les témoignages de Zeller, Grand Maître du Grand Orient, « TOUS LES SERVICES OFFICIELS ETAIENT SYSTEMATIQUEMENT NOYAUTES » et d’un officier de police « TOUT COMMISSAIRE NOUVELLEMENT PROMU EST CONTACTE PAR LES FRANCS-MACONS DANS LE MOIS QUI SUIT, CAR SA FONCTION EST DE CELLES QUI PEUVENT SERVIR UN JOUR. » (« Les frères invisibles » p 333 et 334) signent le VIOL DE L’ARTICLE 3 DE LA CONSTITUTION DE LA FRANCE ET LE DECODAGE SYSTEMIQUE DE TYPE COCHIN. TéléObs 9-15/5/09 page 60 : « … Cette « osmose incontestable entre la maçonnerie et les hautes autorités de l’Etat », Alain Graesel, grand maître de la Grande Loge de France, la revendique fièrement… » Fontenelle « Des frères et des affaires » p165 une lettre de la GLPAM au siège de la GLNF mentionne les « nombreux juristes que comporte la Province [huissiers, avocats, notaires et autres magistrats]« … p233 en 2000 est inauguré à Paris la loge Honneur Fidélité Fraternité… « on n’y trouve – presque – que des policiers. Et non des moindres, puisque plusieurs de ses membres fondateurs… sont DES CONTROLEURS GENERAUX DE LA POLICE »… p96 « Les gendarmes ont quitté le GADN il y a quelques années pour former leur propre fraternelle »… p234 la mafia calabraise est entrée en maçonnerie… poser la question de l’existence, derrière la mafia d’un état-major politique occulte qui aurait envisagé d’UTILISER LA N’DRANGHETA, COSA NOSTRA ET DES FRANCS-MACONS DEVOYES POUR SUBVERTIR L’ETAT DEMOCRATIQUE… une loge maçonnique super-secrète… un projet de subversion à l’échelle nationale… http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/Midi.htmlLe Point 18/1/07 page 39, article de Sophie COIGNARD : « … La police est un nid de franc-maçons, notamment chez les commissaires… » L’Express, repris en main après « Les frères invisibles » d’OTTENHEIMER, chante, en avril 2004, l’apologie de la prise en main de la police par la franc-maçonnerie : voir la réponse d’un policier à l’Express sur le viol du principe d’égalité des concours par les policiers francs-maçons : « De très nombreux frères-policiers siègent dans les jury de concours. Et j’ai connu un chef de service qui recevait de nombreux parents de candidats venus le solliciter à la veille des épreuves d’un concours. « C’est service contre service » se plaisait-il à dire. Mais ses intervention ne se limitaient pas à ce domaine. »   François KOCH, journaliste spécialisé à l’Express « Le vrai pouvoir des francs-maçons Politique Réseaux d’affaires Services » page 113 : « … Ancien secrétaire général du syndicat Alliance, Jean-Claude Gleize a , lui, quitté le Grand Orient (GO), « dégoûté par le carriérisme, le copinage et la recherche d’intérêts personnels » de ses frères policiers… », page 115 : « … Et l’on pourrait compter jusqu’à un frère sur deux policiers dans certaines directions du ministère de l’Intérieur… », page 118 : « … » J’ai vu le fils d’un policier maçon repêché [délit de favoritisme] alors qu’il avait échoué au concours d’entrée de la police », narre Jean-Claude Gleize [et l’article 40 du Code de Procédure Pénale, cher à SARKOZY ?], … « … à la commission qui décide de l’avancement des carrières… « une personne présente dans la salle sur deux était un frère »… Roger Dachez… « … nous ne redoutons plus d’être infiltrés par la police : elle est chez nous ! » Viol de l’article 3 de la Constitution de la France : aucune section du peuple ne peut s’attribuer la souveraineté nationale ! Le Monde libertaire 10/4/97 : «… Dans le Canard enchaîné du 5 juin 1996, André Rougeot titrait : « Le petit flic qui avait droit à vingt millions de découvert […]. » Collecteur de fonds très particulier, Daniel Voiry est resté, cas unique dans la police, le secrétaire personnel de quatre directeurs successifs de la sécurité publique… Pensez, il était intermédiaire dans la vente de la tour B.P. à la Défense… « Le soir de la mort de Voiry, tous les pontes de la préfectures y compris le préfet, viendront présenter leurs condoléances à la famille. » Voiry, adhérent à la F.A.S.P., était considéré comme « un sale type de droite, en cheville avec d’autres sales types, franc-maçon dans une loge de droite […] » écrivait Rougeot. C’est pourtant un avocat de gauche qui offrira son concours à l’épouse (elle-même membre du RPR) et au fils, Michel… en présence de deux socialistes éminents : un préfet et un syndicaliste policier. Du reste, au début novembre 1992, un conseiller de Claude Quillès, ministre socialiste de l’intérieur à l’époque, ordonnait aux limiers de suspendre les investigations en direction de la famille du « ripou aux 40 millions de fausses factures… »… »

Sur la dérive totalitaire maçonnique de la Justice, en violation des articles 2 et 3 de la Constitution et XVI de la Déclaration des droits de l’homme, voir la synthèse du Point du 1/2/11 sur internet  « Les francs-maçons des justiciables pas comme les autres. Quand l’appartenance maçonnique pèse dans la balance » avec l’exemple du procès lié au conflit interne à la GLNF  « Chaque camp espère tomber sur des juges compréhensifs, et reconnaît donc de façon implicite l’influence fraternelle dans les prétoires. Les frères avocats sont nombreux aussi. » :

Rappel d’archétypes de spoliations maçonniques en bande organisée :
Le Journal de la Côtière n°378 du 20 au 26 février 2003 :
– page 1 : « Jugement non appliqué. Une habitante demande justice… Vivant depuis deux ans avec le Revenu Minimum d’Insertion dans une maison sans chauffage qui est mise aux enchères, une habitante de La Boisse demande qu’un jugement du tribunal de Bourg-en Bresse lui octroyant une rente mensuelle de 1500 euros soit appliqué. Une affaire douloureuse qui met le doigt sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire et sur une éventuelle dérive franc maçonnique… »,
– page 2 : « … la décision de justice n’a jamais été appliquée malgré de TRES NOMBREUSES LETTRES ECRITES AUX MAGISTRATS ET AUX HOMMES POLITIQUES… le plus hallucinant reste tout de même les multiples dysfonctionnements de l’institution judiciaire… des procès-verbaux ont disparu… », des pièces à Bourg-en-Bresse comme à Grenoble [marqueur répétitif et maintenant bien connu « disparition de documents »], « … un dossier de 229 pages qu’elle envoie en recommandé avec accusé de réception… au tribunal administratif de Lyon (TA) et au ministère de la justice. Bizarrement ce dossier a disparu aussi bien au TA qu’au ministère… Un réseau franc-maçon ?… Son seul revenu est le revenu minimum d’insertion (RMI). Bien loin des 10 000 francs mensuels et du capital de 600 000 francs que la justice lui a attribué par jugement… »
AGGLO-RIEUSE 1 et8/9/04 : « Depuis 10 ans la saga judiciaire X défraye les prétoires. Cette vieille famille montpelliéraine piégée dans un projet immobilier qui les a mis sur la paille ne s’avoue pas vaincue. En octobre dernier le juge Y met en examen la puissante société Z… Les chefs d’accusation sont « FAUX, USAGE DE FAUX ET ESCROQUERIE ». MAIS COMME PAR HASARD, LA CHANCE OU LES RESEAUX D’INFLUENCE PARALYSENT LA MACHINE JUDICIAIRE MONTPELLERAINE La famille X engage comme architecte W… détail qui tue W a caché qu’il n’est pas inscrit à l’ordre des architectes. EN 2003, LE PROCUREUR DE MONTPELLIER RELEVE A SON ENCONTRE « DES PRESOMPTIONS GRAVES DE FAUX EN ECRITURES, D’USAGE DE FAUX ET D’ESCROQUERIE » LE SUPPOSE HOMME DE L’ART CONSEILLE LES X POUR LE CHOIX DE L’ENTREPRISE… CE SERA LA SOCIETE Z, une filiale de la monumentale société V. LES DEUX DIRIGEANTS DE LA SOCIETE Z SONT DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE, AINSI QUE T qui dirige la société V… Tous ces notables sont bien entendu présumés innocents…LA SOCIETE V DEMARRE LES TRAVAUX EN 1992… POURTANT, UNE CLAUSE STIPULE QUE L’ENTREPRENEUR NE PEUT COMMENCER LE CHANTIER AVANT QUE LE FINANCEMENT DES BANQUES SOIT EFFECTIF… IL A ETE AJOUTE A LA MAIN AU STYLO SUR LE CONTRAT QUE « LA MISE EN PLACE DU CREDIT D’ACCOMPAGNEMENT DEVRA SE FAIRE AVANT FIN 92 » LES X NE PARAPHENT PAS LE RAJOUT ; SEULE LA SIGNATURE DE LA FILIALE DE LA SOCIETE V FIGURE SUR LE DOCUMENT… LA SOCIETE V… EXIGEANT… LE PAIEMENT IMMEDIAT… LES X SONT ACCULES A LA RUINE. « MON PERE EST MORT DE CHAGRIN ET MOI, J’AI FAILLI ME FOUTRE EN L’AIR… »… LEURS DEUX VILLAS D’HABITATION SONT SAISIES, UNE AUTRE EST LA PROIE DES FLAMMES. ELLE ABRITAIT LES PIECES COMPTABLES DE L’OPERATION. BIZARRE… LE FAMEUX TERRAIN EVALUE A 15 MILLIONS DE FRANCS EN 1990 EST BRADE EN 1996 POUR 10 FOIS MOINS A LA SOCIETE T, UNE DROLE D’ENTREPRISE DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE… SELON LE MIDI LIBRE DE L’EPOQUE, LA PROCEDURE EST TROUBLANTE : « LE TRIBUNAL DE COMMERCE PRESIDE ALORS PAR S ACCORDE UN PLAN DE CONTINUATION DANS DES CONDITIONS INESPEREES. L’ENTREPRISE A UN DELAI DE 16 ANS POUR REMBOURSER SES DETTES »… LA SOCIETE T OBTIENT DE LA MAIRIE DE MONTPELLIER UN PERMIS DE CONSTRUIRE POUR LE MOINS SURPRENANT… DES EVENEMENTS SEMBLANT DECLENCHES PAR DES FORCES OCCULTES REVIENNENT REGULIEREMENT. SANS TOMBER DANS LA PARANOIA, ON POURRAIT DECRYPTER CERTAINS ASPECTS DE CETTE AFFAIRE EN Y VOYANT L’INFLUENCE DE RESEAUX FRANCS-MACONS QUI NE FONT PAS QUE REFLECHIR A LA PENSEE PHILOSOPHIQUE. SI L’ON SE REFERE A L’OUVRAGE DU JOURNALISTE JACQUES MOLENAT «LE MARIGOT DES POUVOIRS», LES BONNES FEES DE LA SOCIETE T PORTENT L’HABIT DU CLUB DES R, LE CERCLE MACONNIQUE LE PLUS INFLUENT DE MONTPELLIER… CELUI PAR QUI CHAQUE FIL DE L’AFFAIRE ABOUTIT S’APPELLE Q… IL REALISE LE GRAND SCHELEM… « ON SE CROIRAIT DANS UN PAYS DU TIERS MONDE EN CE QUI CONCERNE LA JUSTICE ». [Dumas a évoqué sans problème les sections spéciales : ils doivent encore en rire en chargeant les canons lors des agapes] L’HOMME… SAIT DE QUOI IL PARLE. LE JUGE… QUI INSTRUISAIT… VIENT DE PARTIR… SOUHAITONS QUE SON SUCCESSEUR MONTRE… QUE MONTPELLIER N’EST PAS L’AFRIQUE ET ENCORE MOINS UNE REPUBLIQUE BANANIERE. » 
AGGLO-RIEUSE 6/4/05 p 1-2 : « LE PLUS JEUNE FRANC-MACON DE FRANCE POURSUIT SON PERE EN JUSTICE. CET HERAULTAIS DE 23 ANS RECLAME 18 MILLIONS D’EUROS A SON PERE… JEAN-FRANCOIS C…. BRILLANTES ETUDES A SUP DE CO, OFFICIER DANS L’ARMEE… PRECOCE CHEF D’ENTREPRISE… LE 28 JUIN 2003 IL ‘RECOIT LA LUMIERE »… IL Y AVAIT UNE TRENTAINE DE FRERES ET L’UN D’EUX M’A INTERPELLE EN DISANT « C’EST UNE HONTE D’ATTAQUER SON PERE EN JUSTICE » RACONTE JEAN-FRANCOIS… »… J’AI MIS UNE BAFFE A MON ACCUSATEUR ET JE SUIS SORTI »… COMME LE DEPLORE A MI-VOIX LE JEUNE HOMME « IL Y A DES POROSITES ENTRE UNE FRACTION DU MILIEU JUDICIAIRE ET LES FRERES » [C’EST DONC OFFICIEL DE SOURCE  MACONNIQUE, M.PERBEN : ALLEZ-VOUS SANCTIONNER LES RENARD LOCAUX OU ATTENDREZ-VOUS UNE FOIS DE PLUS D’Y ETRE CONTRAINT PAR LES EVENEMENTS ?] … MON PERE AVAIT 90% ET MOI 10%… J’APPRENDS QUE J’AURAI CEDE TOUTES MES PARTS… ON A IMITE SA SIGNATURE [MEME SCENARIO DANS L’AIN POUR UN MAIRE CORROMPU QUI DONNE DES PARTS DE SA FEMME A SA MAITRESSE EN IMITANT LA SIGNATURE ET QUI FINIRA… A MONTPELLIER!]. IL PORTE PLAINTE POUR FAUX ET USAGE DE FAUX A L’ENCONTRE DE SON PERE ET DE SA NOUVELLE COMPAGNE A QUI BENEFICIE CETTE CESSION… LE PERE QUI EST RICHISSIME POSSEDE UNE GRANDE PARTIE D’UNE ZONE D’ACTIVITE HERAULTAISE… LE PAPA DE JEAN-FRANCOIS SERAIT UN ANCIEN DE LA CELEBRE LOGE P2… » 

« Arrêtons le jeu de massacre » de Loisel et Bourlet (ouvrage remis à tous les députés) p 206-208 : « L’affaire Cotsaftis. Une belle propriété de famille fait l’objet de convoitises de professionnels du droit, qui mettent au point un savant mécanisme juridique, dont l’objectif final non avoué, est de s’accaparer ce bien à vil prix. L’accaparement du bien d’autrui par des professionnels avertis est au cœur du sujet. De plus en plus, dans notre société, des personnes non averties peuvent être confrontées à une telle démarche et se retrouver du jour au lendemain, en position de victimes d’un système dont elles ne soupçonnaient pas l’existence… Le récit de l’histoire vécue par ces personnes s’inscrit en fait dans une démarche de spoliation.

Monsieur Cotsaftis a hérité, dans les années 80 d’une grande maison, située dans le quartier historique d’une ville universitaire du Sud de la France. Cette maison, transmise de père en fils, appartenait depuis près d’un siècle à sa famille « honorablement connue sur la place, le grand-père et le père de monsieur Cotsafis y ayant établi leur cabinet médical, tout en y exerçant une fonction de consul de leur pays d’origine, la Grèce ». A la suite de sa mutation de Paris vers sa ville natale et après plusieurs années de travaux de remise en état de sa maison « financés par plusieurs prêts », il s’installe avec sa famille dans cette demeure, qui devient leur résidence principale.

Quelques années après, les travaux étant quasiment terminés, son épouse crée dans la partie non occupée par eux, une entreprise offrant à ses clients de multiples activités : centre culturel et de remise en forme, activité de conseil en entreprise et restauration, permettant l’organisation d’ateliers, de séminaires, d’expositions et de spectacles…

Avec cette entreprise, aux activités en plein essort, les Cotsaftis n’imaginent alors pas l’importance du risque qui va planer sur leur résidence, en cas de difficultés économiques. En effet, grâce aux disciplines mises en œuvre, de nombreux clients ou visiteurs vont bénéficier des activités dispensées, mais aussi admirer les caractéristiques exceptionnelles de cette belle maison. Et « certains » seront désormais à l’affût de la moindre faiblesse pour assouvir leurs convoitises… Parmi eux, on retiendra la présence de personnages avertis dans l’inivers du droit qui, par le biais de subtiles et habiles manœuvres, finiront par acquérir cet immeuble à vil prix, au moment opportun.

Et tel a été le cas, lorsque M.Cotsaftis s’est retrouvé brutalement « licencié économique », après trente années de bons et loyaux services. Les époux Cotsaftis disposaient pourtant à ce moment-là d’un patrimoine, fruit de plusieurs vies de travail, qui aurait alors dû leur permettre de sortir de cette situation difficile.

Mais, lorsque M.Cotsaftis fait l’objet dudit licenciement, les compagnies d’assurances qui avaient pourtant couvert les prêts bancaires ASSORTIS D’UNE ASSURANCE PERTE D’EMPLOI (associés à ces investissements) ne respecteront pas les contrats signés. Il en résulterat une évidente difficulté économique au sein de la famille, dont les revenus ne permettent plus d’honorer les échéances desdits prêts, difficulté qui sera le point de départ des problèmes qu’ils vont rencontrer, malgré le succès croissant du centre pluridisciplinaire.

Les murs de la maison seront donc vendus à vil prix, aux enchères publiques « par le biais d’une société écran », à des personnages peu scrupuleux, juristes confirmés, rôdés aux pratiques d’acquisition de biens de personnes en difficulté, qui iront jusqu’à détruire brutalement l’instrument économique dudit centre pluridisciplinaire, sans procédure préalable et ce, malgré le bail existant.

En parallèle, ils obtiendront successivement des tribunaux locaux, l’extension de la liquidation judiciaire de monsieur Cotsaftis à son épouse (alors qu’ils étaient mariés sous le régime de la séparation de biens) et à la société locataire des lieux (propriétaire du fonds de commerce préalablement détruit), puis l’autorisation d’expulser les Cotsaftis et leurs enfants de leur maison de famille, malgré les procédures civiles et pénales en cours d’instruction dénonçant ces faits. En conséquence, la famille Cotsaftis se retrouvera alors « à la rue et sans travail » avec des créances pour la plupart indues ou gonflées dans des proportions anormales, ce qu’ils ont également dénoncé, sans suite !

Dans cette affaire, comme dans beaucoup d’autres, certes un peu difficile à résumer, parce que parsemée d’embûches, il faut s’interroger sur le rôle de certains personnages soit disant conseil plus préoccupés de faire « de bonnes affaires », que d’assurer sérieusement la défense de ceux qui viennent les solliciter… Moralité de cette affaire, sur fond de décisions de juridiction économique, nous observons que les juridictions et les victimes ont été manipulées. Elles n’ont pas su ou pu découvrir « les manœuvres astucieuses » mises au point par certains professionnels du droit, ce qui a conduit ces justiciables, après une longue vie de travail et de réussite professionnelle, à quelques années de la retraite, vers un véritable cauchemar [les manœuvres dolosives constituent un bénéfice psychologique secondaire : les affaires Dutroux, disparues de l’Yonne et Alègre ont montré le lien corruption échangisme SM pédocriminalité serial-killers].

Dans ce contexte, les Cotsaftis vont tenter de récupérer ce dont ils ont été dépossédés. Mais ils sont CONFRONTES A UNE VRAIE BANDE ORGANISEE, ce qui les contraint aujourd’hui à subir de multiples procédures judiciaires qui n’en finissent pas et dont ils doivent assumer le coût élevé [localement leur cas n’est pas unique].

DANS CETTE AFFAIRE, COMME DANS TANT D’AUTRES, ON PEUT SE POSER LA QUESTION DE SAVOIR COMMENT DANS NOTRE SOCIETE DE PLUS EN PLUS « JUDICIARISEE », DES PERSONNAGES INFLUENTS, PROFESSIONNELS AVERTIS DU DROIT, PEUVENT REGNER DURABLEMENT EN « MAITRES » AU COEUR DES JURIDICTIONS, GRACE A LA MAITRISE DES PROCEDURES, APPAREMMENT SANS AUCUN CONTROLE, NI RAPPEL A L’ORDRE, AFIN DE S’ACCAPARER « PAR DES PROCEDES SUBTILS » ET TOUJOURS DANS DE TRES BONNE CONDITIONS, LE BIEN D’AUTRUI. Et comme le dit madame Cotsaftis : des affaires comme la nôtres « une famille ruinée et dépossédée de ses biens, une entreprise détruite et liquidée sans raison » il y en a beaucoup en France.

Il est donc important dans l’intérêt de tous, de dénoncer ces différentes affaires afin… de trouver des solutions, qui permettront un jour aux victimes spoliées de retrouver leurs biens et leur honneur. »

Le livre de Fontenelle « La baie des affaires. Enquête sur les dysfonctionnements de la justice a Nice. » a un dernier chapitre stupéfiant que toutes les françaises et tous les français devraient lire pour s’informer sur l’état de la justice : « …les dysfonctionnements de la justice à Nice ne sont pas une vue de l’esprit d’Eric de Montgolfier, contrairement à ce que semble penser l’Inspection générale des services judiciaires… Le juge Renard confie le dossier [« suicide Vito »] à la juge d’instruction Anne Vella[Point 12/1/01 p59 : Anne Vela, juge d’instruction… a joué la transparence et révélé sa propre appartenance à la franc-maçonnerie… »]…Le parquet de Nice requiert… la mise en examen et le placement sous mandat de dépôt… la juge d’instruction rend une ordonnance de refus de plus ample informer… le chambre d’accusation… présidée par Yves le Bourdon [défenseur de Renard au CSM] … confie le dossier Vito à… Jean-Paul Renard… La cour d’appel, en revanche, ne s’interroge pas – mais ce n’est pas sa vocation – sur les raisons pour lesquelles Anne Vella ne s’est pas livrée à ces vérifications les plus élémentaires… Et pourtant, le 23 janvier 2001, le juge Renard, comme avant lui Anne Vella, renvoie le docteur C. devant le tribunal correctionnel… les juges de la cinquième chambre constatent que « les faits déférés au tribunal correctionnel sous la qualification de délit sont de nature à entraîner une peine criminelle », et se déclarent incompétents… Les avocats de Cédric Vito… ont mis le doigt sur UN ASPECT ASSEZ TROUBLANT DE CE DOSSIER : ILS ONT DECOUVERT QUE PLUSIEURS DE SES PROTAGONISTES ETAIENT FRANCS-MACONS A LA GLNF…»
« La vendetta française » Coignard p 96 : « … COUR D’APPEL D’AIX-EN-PROVENCE. CETTE COUR, CONNUE POUR ABRITER DES FRANCS-MACONS DE HAUT RANG, DONT ON NE PEUT ECRIRE LES NOMS SOUS PEINE D’INTERMINABLES ET COUTEUX PROCES… La piste des représailles fraternelles [contre de Montgolfier] est d’autant plus crédible que L’INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES ELLE-MEME COMPTE JUSQU’AU PLUS HAUT NIVEAU DE NOMBREUX FRANCS-MACONS DANS SES RANGS… »
Article L731-1 du Code de l’Organisation judiciaire… la récusation d’un juge peut être demandée… s’il existe un lien de subordination [le serment maçonnique] entre le juge… et l’une des parties… s’il y a amitié [la solidarité maçonnique]… notoire [d’où la nécessité impérative de lever le secret maçonnique, mais la répétition crée la suspicion légitime cf le roman de Renard et ses appuis hiérarchiques francs-maçons décryptés par Coignard] entre le juge et l’une des parties…
La demande de renvoi pour suspicion légitime est une demande de dessaisissement d’une Chambre de la juridiction saisie lorsqu’une des parties fait valoir que les magistrats qui la composent pris collectivement et non individuellement , font preuve , ou risquent de faire preuve d’inimitié , ou d’ animosité à son égard .(articles 356 et suivants du Nouveau Code de Procédure civile). L’article 668 du Code de Procédure Pénale dit que tout juge peut être récusé s’il y a entre lui et l’une des parties « toutes manifestations assez graves pour faire suspecter son impartialité ».

Monde 10/7/03 p15 : « Plus qu’un état des lieux du tribunal, le document de l’IGSJ constitue UNE CHARGE AU VITRIOL A L’ENCONTRE DU CHEF DE PARQUET… M. de Montgolfier avait choqué plus d’un magistrat en évoquant publiquement [Borrel, Jambert, Line Galbardi, ne seraient-ils pas vivants s’ils avaient communiqué ?] les « influences » exercées par une « franc-maçonnerie d’affaires » sur le cours de certains procédures judiciaires. Disparition de dossiers au sein même du palais de justice [marqueur répétitif commun désormais à nombre d’affaires de La Boisse à la scientologie en passant par les carnets d’adresses d’Auxerre-Appoigny et Toulouse], instructions étouffées, procédures bâclées… L’Inspection consacre une bonne partie de son rapport à ces affaires. Sa conclusion ? « Si le traitement de certaines procédures n’était pas toujours exempt de critiques, les signalement effectués n’ont que très rarement permis de mettre en évidence des défaillances professionnelles ou déontologiques ». PARADOXALEMENT, L’EXAMEN DE LA PLUPART DES DOSSIERS ETUDIES PAR L’IGSJ DONNE LE SENTIMENT EXACTEMENT INVERSE… s’il « peut être reproché à M.Renard d’avoir fait preuve de légèreté et d’imprudence en conservant des relations, même occasionnelles, avec une personne déjà condamnée dont les activités paraissent douteuses, rien, en l’état et sauf rebondissement, ne permet pour autant de douter de sa probité »… CONCERNANT L’EXISTENCE D’UNE « MACONNERIE D’AFFAIRES », L’INSPECTION ASSURE QUE SES INVESTIGATIONS « N’ONT PAS PERMIS DE CONFIRMER LA THESE DE L’EXISTENCE D’UN TEL RESEAU »… OUTRE LE DOSSIER QUI A VALU A M.RENARD D’ETRE POURSUIVI, CETTE AFFIRMATION SE HEURTE AUX DEVELOPPEMENTS DE L’ENQUETE SUR LES MARCHES PUBLICS DE NICE. CETTE INSTRUCTION, QUI A VALU A PLUSIEURS PROCHES DU MAIRE DE NICE D’ETRE MIS EN EXAMEN AU MOIS DE MARS, A PRECISEMENT MIS EN LUMIERE L’EXISTENCE D’UN « RESEAU » MACONNIQUE… »

Madeleine Le Guillou Présidente d’Association Contre la Corruption met en exergue le point nodal systémique du rapport de l’IGSJ sur de Montgolfier : grâce à celui-ci, LES ENQUETES SUR LES MORTS SUSPECTES SONT PASSEES A NICE DE 3 A 59 PAR AN. DE MONTGOLFIER EST SANCTIONNE « EN BANDE ORGANISEE » POUR AVOIR FAIT SON DEVOIR CONTRE LA JUSTICE DEVOYEE « EN BANDE ORGANISEE ».

Nouvel Obs 28/10/04 http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252700.html : « … Alors qu’à Paris Renard perd pied, son principal adversaire reste introuvable. Tous les journalistes cherchent à joindre Eric de Montgolfier. On voudrait une réaction, une de ces phrases bien senties dont il a le secret. Le procureur de Nice, qui avait le premier dénoncé l’influence des loges sur la justice locale, est en vacances à Rome. Il savoure sa victoire dans la Ville éternelle. Quel incroyable retournement! Il y a près d’un an, c’était lui le vaincu. Ses ennemis et la chancellerie avaient bien failli avoir sa peau en rejetant sur lui la responsabilité des fautes qu’il dénonçait! Illustration presque trop parfaite du vieil adage: «Le premier qui dit la vérité…» Le procureur iconoclaste a failli tomber dans un traquenard qui aurait pu lui coûter son poste à Nice et sa réputation. L’une de ces machines infernales politico-médiatiques, sur fond de connivences maçonniques, d’arrière-pensées politiques et de lâcheté institutionnelle dont il est souvent difficile de se relever. Devant le CSM, il y a quinze jours, le représentant du ministère de la Justice a stigmatisé la «perte complète des repères déontologiques» de Jean-Paul Renard et «ses manquements graves et répétés» aux devoirs d’un magistrat. Il n’a pas prononcé une seule fois le mot «franc-maçon». Pourtant, l’ombre des frères planait sur tous les dossiers examinés: magistrats maçons, élus maçons, policiers maçons, chefs d’entreprise maçons, délinquants maçons… In fine, le représentant du garde des Sceaux a demandé la sanction maximum: la révocation. Il a aussi affirmé que la chancellerie avait tout fait pour diligenter l’enquête du CSM… C’EST EN FAIT L’INVERSE QUI S’EST PASSE…. il faut revenir sur l’invraisemblable bras de fer qui oppose le procureur de Nice et Jean-Paul Renard depuis près de cinq ans. Un duel qui illustre toute la complexité du combat contre les fameux «réseaux francs-maçons» dans la justice, dénoncés par Eric de Montgolfier, quelque temps après son installation sur la Côte… enfin, un homme finit par bouger: c’est le premier président de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, Bernard Bacou. Fraîchement débarqué dans le Sud, il est sidéré par le contenu du rapport. Sidéré aussi par l’assourdissant silence du pouvoir politique. Bien que la loi l’y autorise, Bacou se refuse dans un premier temps à saisir, seul, le Conseil supérieur de la Magistrature. «Etant donné le niveau de gravité des actes reprochés au juge Renard, il me semblait plus approprié que ce soit la chancellerie qui effectue cette saisine. D’autant que je ne possédais pas tous les éléments», explique-t-il aujourd’hui au «Nouvel Observateur». Bernard Bacou fait alors savoir qu’il attend une réaction du ministère jusqu’au mois de janvier 2004. Las. La chancellerie ne donnant toujours pas signe de vie, le magistrat décide de monter seul au créneau. Mi-janvier, il saisit de lui-même le CSM…

Pour l’instant, le magistrat a sombré seul. Mais pendant ces vingt-deux années passées dans les Alpes-Maritimes, il aurait accumulé suffisamment de «munitions» contre suffisamment de personnes, franc-maçonnes ou pas. Il serait une «bombe vivante» dont la possible déflagration ferait trop de dégâts et ruinerait l’image de la justice… Une dernière hypothèse court dans les couloirs du tribunal de Nice. De nombreux magistrats ne comprennent pas non seulement pourquoi l’IGSJ a rendu un rapport aussi «abracadabrantesque» au printemps 2003 mais aussi pourquoi la chancellerie a mis autant de temps à réagir. Certains évoquent, bien sûr, les «réseaux maçons» qui irradient toute la magistrature. Jusqu’à l’IGSJ? Jusqu’au CSM? [il suffisait de lire « La vendetta française » de Coignard pour avoir la réponse] En 2000, quand le juge Murciano de Grasse a été convoqué par l’instance disciplinaire, il a carrément mis en cause un des magistrats qui siégeait, en évoquant son appartenance à la même loge que Michel Mouillot… http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2086/a252702.html

« Un juge au-dessus des lois ? » Fontenelle : « … le palais de justice de Nice a été, pendant – au moins – une dizaine d’années, une zone de non-droit… Il n’est pas sain qu’un magistrat fasse partie d’un réseau qui a pour principe le secret… Le patron d’un groupement de francs-maçons profite d’un entretien avec la ministre de la Justice pour formuler des menaces contre le procureur de la République de la quatrième ville de France… madame la ministre a déclaré au boss du Grand Orient de France « qu’aucun changement n’interviendrait concernant le secret d’appartenance à une structure maçonnique ou autre »… [viol des premiers articles de la Constitution de la France]… Un homme se lève alors pour défendre le juge Renard, et l’histoire devient vraiment très, très belle. Il s’agit d’Yves Le Bourdon, président de la chambre de l’instruction (ex-chambre d’accusation) de la cour d’appel d’Aix-en-Provence… Lancé, Yves Le Bourdon, qui ne peut certes pas deviner que ses affirmations se retourneront contre lui trois ans plus tard, semble ne plus pouvoir s’arrêter… les sept enquêteurs de l’IGSJ sont à Nice… le procureur général d’Aix-en-Provence, Gabriel Bestard, leur envoie un signal fort. Il stigmatise publiquement Eric de Montgolfier, le décrivant comme « habile et dangereux »… A Nice, en 2001, les inspecteurs avaient manifestement pris une commande assez particulière : une tête de proc… Les auteurs du rapport de l’IGSJ écrivent, à la page 130, qu’ils n’ont recueilli « aucun élément à même de confirmer, ou de révéler, des faits mettant en cause la probité de M.Renard »… Il faut préconise L’Inspection générale des services judiciaires qu’Eric de Montgolfier s’en aille… Il en va de même pour M.Dorcet… Hervé Expert, devrait aussi être muté…Cela s’est passé en France, au mois de juin 2003. Et pas dans une république bananière [dans une Etat totalitaire]… Et Dominique Perben, ministre de la Justice, semble trouver cela positivement formidable… « Ensuite, explique Vincent Lamanda, […] j’ai entendu certaines personnes du monde judiciaire exclusivement (magistrats, greffiers, avocats, gendarmes), dont l’entretien avec les membres de l’Inspection générale n’avait pas donné lieu à l’établissement d’un procès-verbal ou qui n’avaient pas été interrogées et dont il paraissait indispensable de recueillir le témoignage, ou encore, pour l’une d’elles, qui avait déclaré publiquement que ses réponses avaient été « minimisées », ou enfin, pour une autre, qui pouvait détenir de nouvelles informations […]. »… Ses tournures, tout au long de son rapport, sont visiblement l’œuvre d’un pince-sans-rire… je me demande si Vincent Lamanda, seul, n’a pas abattu beacoup plus de boulot en moins de 6 mois que n’en avaient effectué en dix mois les sept enquêteurs de l’IGSJ ?… « Robert « tenait » plusieurs personnes de haut rang autour de lui, que ce soit au niveau politique, judiciaire, fiscal et policier » [confirmation que l’Etat français totalitaire est fondé sur le chantage en sus de la bande organisée]… probablement des photos en « galante compagnie » …  JE N’AI PAS ENVIE DE PASSER LES TRENTE PROCHAINES ANNEES A ME DEMANDER, A CHAQUE FOIS QUE JE VERRAI UN ELU, UN MAGISTRAT, UN AGENT DU FISC OU UN POLICIER : « EST-CE QUE CE GARS-LA EST « TENU » ? »… Le sous-préfet, au téléphone, m’a simplement dit : « Si vous saviez ce que je sais, vous ne désigneriez pas M.Renard. » [donc le système dirigeant de la France, qui a couvert Renard avec acharnement, était parfaitement au courant]… Vincent Lamanda… : « Au vu des éléments recueillis, DE NOUVELLES ENQUETES MERITERAIENT SANS DOUTE D’ETRE ENTREPRISES TANT SUR DES FAITS IMPUTABLES A M.RENARD… QU’A L’EGARD D’AUTRES MAGISTRATS… »…

Aujourd’hui en France 19/11/05 p 16 : « La procureur Anne de Fontette a requis hier une peine de six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-juge niçois Jean-Paul Renard… des « faits particulièrement graves… une atteinte à la crédibilité de l’appareil judiciaire [Dutroux-DEFI-Nice-Antibes-Perpignan, disparues de l’Yonne, de Mourmelon, Alègre, Borrel, Bérénovoy, Grossouvre qui venait de prévenir Mobutu de ne pas prendre l’avion d’Habyarimana, Barbara COLL, Murciano, Lévy, affaires de Montpellier, de La Boisse…], aux libertés individuelles que les magistrats sont censés garantir »… Il s’agit « d’une perte totale de repères déontologiques » et d’UN MELANGE ENTRE LE SERMENT IRREVOCABLE QUE PRETE LE MAGISTRAT ET LE SERMENT QUE PRONONCE L’IMPETRANT LORS DE SON ENTREE DANS UNE LOGE MACONNIQUE, a estimé le procureur… »

Aujourd’hui en France 3/1/05 p 18 : « Le juge d’instruction de Grasse Jean-Pierre Murciano, spécialiste des affaires politico-financières, vient d’être définitivement réhabilité. Le 16 décembre, le Conseil supérieur de la magistrature a rendu un non-lieu dans l’affaire du Crédit Lyonnais, qui avait valu au magistrat d’être sanctionné par ses pairs [ce qui avait permis à de Montgolfier de tirer la sonnette d’alarme sur le roman de Renard en venant témoigner]… L’acharnement a commencé en septembre 1999, lorsque j’instruisais les dossiers du Crédit Lyonnais et de la Compagnie générale des eaux liés à l’ex-maire de Cannes… cinq ans plus tard les faits me donnent raison… DES CENTAINES DE MILLIARDS DE FRANCS ONT ETE DETOURNES … VOUS AFFIRMEZ QUE LA FRANC-MACONNERIE OCCUPE UNE PLACE PREPONDERANTE DANS LA CORRUPTION… LES AFFAIRES MOUILLOT ONT DEMONTRE QUE LES PRINCIPAUX ACTEURS DU SYSTEME APPARTENAIENT A LA MEME LOGE. EN EFFET POUR QU’IL Y AIT PACTE DE CORRUPTION, IL FAUT INCLURE DANS LE PROCESSUS les promoteurs, qui bénéficiaient d’autorisations induites, MAIS AUSSI LES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX AINSI QUE LES ELUS ET LES FONCTIONNAIRES D’ETAT QUI SONT LA POUR CONTROLER… Ce qui me pousse à continuer, ce sont les messages d’encouragement de certains confrères qui combattent la corruption, ainsi que les courriers de soutien de citoyens en quête d’une justice sereine et équitable… »

Le Point du 12/1/01 évoque un dragueur franc-maçon de l’ENM Ecole Nationale de la Magistrature doté à la Chancellerie d’un fort pouvoir disciplinaire.

Cour de cassation 23/2/01 assemblée pleinière : « constitue une faute lourde toute déficience caractérisée par un fait ou une série de faits traduisant l’inaptitude du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi. » http://www.motus.ch/actions/politiquedevie/comm011016.html

Lacan, dans « Ces magistrats qui tuent la justice », p264 précise : « … le 31 mai 2001, il débarque place Vendôme, au ministère de la Justice, pour une perquisition. C’est une première audacieuse dans l’histoire de la justice française mais l’initiative est payante : le magistrat instructeur apprend dans les documents saisis que l’IGSJ a recommandé à la chancellerie de traduire [un ancien sous-directeur à la chancellerie] devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature. Une demande que ni Elisabeth Guigou ni son successeur, Marilyse Lebranchu, n’ont daigné honorer. Dans sa visite musclée au ministère, le juge s’aperçoit aussi que le secret de son instruction a été violé : des pages entières de procès-verbaux se trouvent dans les bureaux de la place Vendôme… » et l’ancien sous-directeur va récidiver! » http://www.denistouret.net/droitadmdesbiens/marches_truques.html#30mars2003

Monde 13/6/03 p1 : « Affaire Voirain : magistrature et corruption. Trois hauts magistrats ont été convoqués par les juges d’instruction, dans l’affaire Voirain, ce substitut du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) écroué le 11 février pour « blanchiment ». Alexandre Benmakhlouf, ancien procureur général de Paris, son successeur Jean-Louis Nadal et l’ex-procureur de Bobigny, Marc Moinard, n’ont en effet jamais engagé de poursuites contre ce substitut. Son nom était pourtant cité dans quatre affaires embarassantes depuis 1992, ce dont témoigne son dossier disciplinaire. JEAN-LOUIS VOIRAIN A ETE FAIT CHEVALIER DE LA LEGION D’HONNEUR EN 2002 [sur proposition de l’Elysées même Monde p12]« , p12 : « … LA DSJ [direction des services judiciaires du ministère de la justice] AVAIT OMIS DE LUI FAIRE PARVENIR [au juge]LA CHEMISE QUI ACCOMPAGNE CHAQUE DOSSIER DE MAGISTRAT ET QUI RECENSE LES INCIDENTS DISCIPLINAIRES… »Le Monde mentionne des éléments de lien avec l’affaire MNEF et l’Angolagate (financement de l’Association Professionnelle des Magistrats par Falcone). Le CSM avait bloqué la promotion de Voirain en décembre 2002. Monde 9/9/03 p12 : « … les enquêteurs le soupçonnent d’avoir DEMANDE LA MISE EN DETENTION D’UN CHEF D’ENTREPRISE POUR FAIRE PLAISIR A UN PROCHE. » Lacroix, tombeur de Mouillot à Cannes, a été emprisonné 28 jours ! Le Point du 19/9/03 consacre les pages 34 et 35 à Voirain. Il confirme la demande de détention de complaisance ! Il mentionne que la délégation de contrôle de la réélection de Bongo « comporte quelques bonnes copines magistrates affiliées à l’APM et l’avocat parisien proche de l’Elysée Francis Szpiner. » Il souligne : « Qu’un magistrat de son rang en poste dans un des tribunaux les plus importants de France ait pu se livrer à des exactions sans être inquiété par sa hiérarchie ni par ses ministres de tutelle successifs laisse pantois… L’impunité dont ce magistrat a bénéficié durant toutes ces années ne s’explique que par ses engagements politiques… Perben, ministre de la Justice, le propose au poste prestigieux d’avocat général, sur les instances… de Georges Fenech… » Le CSM a évité à Perben « de commettre un impair qui, politiquement, aurait pu lui coûter cher. »

Aujourd’hui en France 10/7/07 page 13 : « Conseil supérieur de la magistrature L’ex-procureur de Bayonne menacé de révocation… alors qu’il participait à un colloque de magistrats organisé, les 24 et 25 mai 2004, par le Conseil de l’Europe en Allemagne. Pierre Hontang, avait présenté un rapport sur les « principes fondamentaux d’éthique pour le ministère public »… le magistrat est soupçonné d’avoir dérobé la carte bancaire d’une secrétaire et d’avoir effectué , la nuit du 25 au 26 mai , deux paiements au Bijou, bar de nuit fréquenté par des prostituées… « M.Hontang a manqué de la plus élémentaire dignité » a estimé hier le représentant du ministère public. « Une seule issue me paraît possible, c’est la révocation pure et simple » a-t-il ajouté.

Et au final, « Les frères invisibles » de Ghislaine OTTENHEIMER et Renaud LECADRE, Pocket page 40 : « … « Un frère s’arrangera toujours avec son avocat pour que son affaire soit jugée le jour où l’audience est présidée par un frangin compréhensif », témoigne un membre de la GLF… »

TERESTCHENKO, dans « Un si fragile vernis d’humanité », face au Totalitarisme, la personne, soit se laisse aller de renoncement en renoncement, d’abdication en abdication, comme Franz STANGL passé d’Aktion T4 à la direction de Treblinka, soit la personne sacralise ses convictions éthiques au dessus de tout, reste insensible à la pression de son groupe d’appartenance en faveur du conformisme, a une propension au refus de la soumission, comme le pasteur André TROCME de la cité-refuge du Chambon-sur-Lignon… 

https://antigenocideswordpresscom.wordpress.com/?s=40+points

https://beynost.wordpress.com/2015/06/08/si-valls-a-ete-soutenir-barcelone-aux-frais-des-contribuables-francais-saignes-a-blanc-par-une-fiscalite-dancien-regime-cest-quil-est-reste-plus-catalan-quil-nest-devenu-francais-valls-e/

https://www.google.fr/#q=HOLLANDE+franc-ma%C3%A7onnerie+youtube

Publicités

Auteur : antitotalitarismeblog

Dissident anti-totalitarisme, anti-génocides, anti-euthanazie, anti-pédocriminalité, anti-corruption, je milite pour la démocratie directe en open source. Sur le web, depuis 16 ans, avec des sites régulièrement détruits. A 18 ans en 2e année de Fac, il y a 1/2 siècle, je faisais un exposé sur le nazisme. DES de géographie, IAE de Paris option Finance, DESS Finance, ICH et CPA Lyon, le diplôme dont je suis le plus fier est mon brevet para. J'ai travaillé en EPA de Ville Nouvelle et j'ai été directeur d'HLM et de SEM et conseiller municipal de Beynost 01700, mon village. Je suis passionné de généalogie sur geneanet.org et de géologie (tectonique). J'ai déposé un pli cacheté de géologie à l'Académie des Sciences. Pour Michel TERESTCHENKO, dans « Un si fragile vernis d’humanité », face au Totalitarisme, la personne, soit se laisse aller de renoncement en renoncement, d’abdication en abdication, comme Franz STANGL passé d’Aktion T4 à la direction de Treblinka, soit la personne sacralise ses convictions éthiques au dessus de tout, reste insensible à la pression de son groupe d’appartenance en faveur du conformisme, a une propension au refus de la soumission, comme le pasteur André TROCME de la cité-refuge du Chambon-sur-Lignon… https://antigenocideswordpresscom.wordpress.com/?s=40+points https://beynost.wordpress.com/2015/06/08/si-valls-a-ete-soutenir-barcelone-aux-frais-des-contribuables-francais-saignes-a-blanc-par-une-fiscalite-dancien-regime-cest-quil-est-reste-plus-catalan-quil-nest-devenu-francais-valls-e/ques https://antigenocideswordpresscom.wordpress.com/ https://beynost.wordpress.com/ http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/Midi.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s